La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

Probiotiques

Lactobacillus bulgaricusLactobacillus bulgaricus

 

 

Recherche scientifique

Le nombre d’études scientifiques publiées sur le microbiote augmente de façon exponentielle depuis les dernières années. Autrefois considéré comme un mal nécessaire car presque impossible à éradiquer, les bactéries vivant avec nous forment un écosystème unique chez chaque être humain. Nous vivons en symbiose avec les bactéries. Les bactéries intestinales vivent dans tous les replis internes à des endroits différents selon la niche environnementale dont elles ont besoin pour vivre. Elles s'installent à un endroit et vivent avec les aliments qui nous ingérons.

Le microbiote change selon l’écosystème de l'emplacement dans le système digestif selon la disponibilité des aliments présents (nourriture à différent stade de digestion), les sécrétions des organes, le pH ou la teneur en oxygène.

 

Détails de la surface interne de l'intestinDétails de la surface interne de l'intestin

 

L’estomac et le petit intestin contiennent à eux seul 105 unités formant des colonies (UFC) par millilitre de bactérie anaérobique (vivant sans la présence d’oxygène).  Ces bactéries sont responsables d’une grande partie de l’absorption des nutriments ingérés par l’être humain. En moyenne, 66-95% des protéines et du gras sont absorbés avant d’entrer dans le gros intestin. Aussi, la quantité de sucres tel le sucrose, le lactose et l'amidon sont digérés et absorbés par le petit intestin avant d’atteindre le colon tandis que les carbohydrates plus complexes sont exclusivement dégradés et fermentés par la colonie de bactérie présente en ce lieu.

Les bactéries probiotiques fonctionnent selon 3 niveaux différents :

  • Interférence avec le développement des bactéries pathogènes dans les intestins;
  • Renforcement de la barrière épithéliale, de l’immunité mucosale en plus de la production de mucus dans le lumen;
  • Effet sur le système immunologique ainsi que sur d’autres organes tel le foie.

Cet écosystème est délicat et peut se dérégler rapidement si la diète alimentaire se dégrade, lors de la prise d'antibiotique ou lors d’une contamination bactérienne néfaste.